Quelles sont les modalités d’octroi du droit passerelle en janvier et février ? Découvrez la réponse à la question. 
Le formulaire de demande du droit passerelle de crise de janvier sera disponible sur UCM.be à partir du 18 janvier.
 

Le projet de taxe kilométrique ou péage urbain dévoilé par le gouvernement bruxellois suscite l'inquiétude des indépendants et chefs de PME dans la capitale, mais aussi en Wallonie. En l'état, SmartMove ne garantit pas une circulation plus fluide mais garantit bel et bien des charges et des problèmes en plus pour les entrepreneurs. Ce n'est pas le bon moment pour une telle annonce !
 

Les problèmes de mobilité sont devenus une préoccupation pour les indépendants et PME bruxellois. Des solutions sont nécessaires mais le plan SmartMove annoncé ce jeudi n'est pas de nature à favoriser le développement d'une économie et d'un emploi durables.

L'efficacité d'un péage urbain de ce type pour réduire les embouteillages n'est pas prouvée. En revanche, les entrepreneurs, en pleine tempête Covid, ont l'assurance de payer davantage.
Pour les Bruxellois, la suppression de la taxe de mise en circulation ne compensera pas le coût de l'usage du véhicule pour tous les professionnels qui n'ont pas d'autre choix que d'utiliser leur voiture pour exercer leur métier. Pour les Wallons qui ont des clients ou des contacts à Bruxelles, c'est purement et simplement une taxe nouvelle.

L'existence d'un péage exclusivement bruxellois va compliquer la vie de tous les employeurs de la capitale. Les salariés contraints d'utiliser leur voiture devront payer davantage pour aller travailler, sans la moindre compensation s'ils habitent dans une autre région.

Pour UCM, l'annonce de ce péage est malvenue et précipitée. Les alternatives à la voiture restent insuffisantes pour les navetteurs. Elles sont pratiquement inutilisables pour de nombreux entrepreneurs, notamment ceux qui visitent ou livrent leurs clients. Cette réalité doit être prise en compte.
Il est incompréhensible que la Région bruxelloise, géographiquement minuscule, ne se concerte pas avec la Flandre et la Wallonie. S'il faut décourager les usages non indispensables de la voiture, une solution commune et intégrée aux trois Régions est une évidence.