Chaque indépendant est affilié auprès d’une Caisse d’assurances sociales et paie donc des cotisations sociales. Savez-vous comment celles-ci sont calculées ?

Les cotisations sociales d’un indépendant qui exerce son activité depuis plus de trois ans représentent un pourcentage de ses revenus soit 20,5 % pour l’indépendant qui a un revenu inférieur à 60.427,75 €. Au-dessus de ce montant, le taux préférentiel de 14,16 % est d'application.

Vos cotisations sociales 2020


Les cotisations sociales sont calculées sur base des revenus de l’année même.

La Caisse d'assurances sociales calcule les cotisations sociales sur base des revenus qui lui sont renseignés par l’administration des contributions. Les revenus officiels de 2020 n’étant pas encore connus, la Caisse d’assurances sociales réclame dans un premier temps une cotisation trimestrielle provisoire.

Le montant mentionné dans l’avis d’échéance est basé sur vos revenus indexés d’il y a 3 ans.

L’indexation


La Caisse d’assurances sociales indique quel est le montant de la cotisation si les rentrées de l’indépendant sont du même ordre qu’il y a trois ans.

Comme les cotisations de 2020 sont calculées provisoirement sur base des revenus de 2017, il faut compenser l’augmentation du coût de la vie intervenue entre 2017 et 2020. C’est pourquoi les revenus de 2017, base de calcul de la cotisation, sont indexés.

En 2020, il y a lieu de les multiplier par 544,88/517,83 ou, en d'autres termes, de les multiplier par le coefficient 1,0522).

Le calcul de la cotisation


À ce revenu indexé, est appliqué le barème des cotisations sociales qui est fonction de la catégorie d’assujetti (complémentaire, principal …) et des revenus. 

  • Pour l’indépendant à titre principal, un taux de 20,5 % par an s’applique sur la tranche de revenus allant de 0 € à 60.427,75 €  et 14,16 % sur la tranche allant de 60.427,76 €€ à 89.051,37 €. Au-delà, la cotisation maximale de 4.276,66 €. est due.
  • Pour l’indépendant à titre complémentaire, les taux sont identiques mais, en dessous de 1.548,17 €, il ne paie aucune cotisation sociale.
  • Pour le pensionné, le taux est de 14,7 % pour autant qu’il bénéficie d’une pension de retraite, anticipée ou non, en régime indépendant et/ou salarié.

À cela, il faut également ajouter les frais de gestion de la Caisse d’assurances sociales. Ceux-ci s’élèvent, comme en 2019, à 4,05 % des cotisations sociales.

En pratique, chaque trimestre, la Caisse d’assurances sociales réclame à l’indépendant un quart du montant total annuel au titre de cotisation provisoire.

En régime définitif, la cotisation d’un indépendant à titre principal est de minimum 746,23 € et de maximum 4.276,66 €.

Et pour le starter ? 


Pendant les trois premières années d’activité, la Caisse d’assurances sociales réclame à l’indépendant des cotisations basées sur des forfaits ou, en d’autres termes, des revenus fictifs établis chaque année par le législateur.Dès que les revenus réels sont communiqués par l’administration des contributions, les cotisations sont recalculées.

Même en début d’activité, l’indépendant peut demander à payer plus que les forfaits légaux afin d’éviter une régularisation importante lors de la réception de ses revenus réels de 2020.

 

Indépendant à titre principal

Base annuelle de calcul (revenus forfaitaires) : 13.993,78 €

Forfait : 746,23 €

Indépendant à titre complémentaire

Base annuelle de calcul (revenus forfaitaires) : .1.548,18 €

Forfait : 82,55 € 

Conjoint aidant maxi-statut

Base annuelle de calcul (revenus forfaitaires) : 6.147,47 €

Forfait : 327,82 € 

La régularisation des cotisations

Lorsque la Caisse d’assurances sociales a connaissance des revenus réels (dès qu’ils sont communiqués officiellement par le fisc), elle adapte les cotisations sociales.

Elle envoie alors un décompte de rectification précisant les suppléments à payer ou le trop-perçu à rembourser.

Si l’indépendant a obtenu une réduction de cotisations et qu’il s’avère qu’il a payé trop peu, la Caisse d’assurances sociales a l’obligation d’appliquer des majorations.

Adapter le montant des cotisations ?


L’avantage majeur de la réforme du calcul des cotisations sociales est la possibilité de moduler ses paiements selon l’évolution de sa situation financière en 2020.

Si, au cours de l’année, l’indépendant estime que ses revenus sont supérieurs à ceux qui ont servi de base au calcul de la cotisation reprise sur l’avis d’échéance, il peut payer plus. Il lui suffit de contacter sa Caisse d’assurances sociales qui adaptera les cotisations sur base de son revenu estimé. Il évitera une régularisation lorsque la Caisse d’assurances sociales aura connaissance de ses revenus réels de l’année concernée.

Si les cotisations qui sont réclamées à l’indépendant en 2020 sont basées sur des revenus de 2017 plus élevés que ceux dont il va bénéficier en 2020, il peut demander à les réduire. Cette réduction est soumise à conditions et peut être appliquée si les revenus de l’année en cours sont inférieurs à des planchers de revenus bien définis et fixés par la loi.

La réduction de cotisations ne s’applique pas à tous. Si les revenus de l’indépendant sont supérieurs aux montants de réduction définis par la loi, il est tenu de payer les cotisations qui lui ont été réclamées initialement même si cela ne correspond pas à ses revenus de l’année en cours.

Pour payer des cotisations réduites, l’indépendant doit introduire une demande motivée accompagnée d’éléments objectifs auprès de sa Caisse d’assurances sociales.Il s’agit de démontrer que les revenus de l’année sont inférieurs à l’un des planchers légaux.

En 2020, la caisse d’assurances sociales pourra calculer des cotisations basées sur des revenus de 2017 de 40.000€. Or les revenus de 2020 sont seulement de 25.000 €. L'indépendant peut demander une réduction de cotisations sociales. Celles-ci sont calculées sur un plancher de 27.987,56 €