À partir du 12 janvier 2021, les employeurs qui font temporairement appel à un travailleur salarié ou indépendant séjournant ou résidant à l’étranger doivent lui demander de présenter un résultat de test de dépistage négatif, ainsi qu'une série de données qu'ils devront conserver.

Qui est concerné ?

Le travailleur salarié ou indépendant séjournant ou résidant à l'étranger et qui occupé temporairement par un employeur pour effectuer des activités en Belgique est tenu d’apporter la preuve d'un résultat négatif à un test effectué au plus tôt 72 heures avant le début de son travail ou de son activité en Belgique.

Le travailleur qui reste moins de 48 heures sur le territoire belge est dispensé de cette obligation.

  • conseillers en prévention-médecins du travail
  • services chargés de surveiller le respect des obligations prévues dans le cadre des mesures d’urgence prises pour limiter la propagation du coronavirus.
  • qui effectue un travail à des fin privées pour le compte de l’employeur
  • frontalier
  • dont le séjour en Belgique n’excède pas 48 heures.
  • les données d’identification du travailleur (nom et prénoms, date de naissance et numéro de registre national ou BCE)
  • le lieu de résidence du travailleur durant son occupation en Belgique
  • le numéro de téléphone auquel le travailleur peut être contacté
  • les personnes avec lesquelles le travailleur travaille lors de son occupation en Belgique.
  • L’employeur doit tenir ce registre dès le 1er jour de travail jusqu’au quatorzième jour inclus après la fin de celui-ci.