Bonjour, 
En raison d’une maintenance informatique, certaines parties de notre site UCM.be seront inaccessibles ce samedi 24 septembre entre 7h et 20h.
Le site sera à nouveau pleinement opérationnel dès 20h. Merci de votre compréhension.

Le gouvernement était en kern ce vendredi. Au centre des négociations : la flambée des prix des énergies et les graves conséquences que cela entraîne sur notre économie.
Nos ministres ont pris la mesure de la catastrophe économique que vivent nos entreprises au quotidien. Un premier pas a été posé…. Notre regard se tourne à présent vers les régions ! 
 

Les décisions prises à l’issue du kern de ce vendredi sont un premier pas dans la bonne direction mais cela reste totalement insuffisant. 
UCM restera plus que jamais sur le pont et n’abandonnera pas les autres revendications, qui sont un moratoire pour les factures énergétiques, des prix raisonnables qui permettent la poursuite des activités dans un esprit plus serein et un approvisionnement assuré.

UCM se réjouit de quatre mesures principalement axées vers les entreprises : l’ouverture vers le chômage temporaire comme suggéré par UCM, à l’image du chômage pour force majeure, et ce notamment dans une logique de mise sous couvercle momentané de l’entreprise.

Le moratoire de fait, sur les faillites, de la part des administrations notamment ONSS et Inasti, va permettre d’utiliser la trésorerie, en priorité, au payement des factures.

L’annonce de la négociation d’un code de conduite dédicacé aux entreprises, comme il existe déjà pour les personnes physiques, est l’entame du moratoire des coupures que nous réclamons depuis de nombreuses semaines.

Enfin, le droit passerelle reste accessible, dans un cadre et une forme qui ne le dénature pas.  Il offre une alternative aux indépendants qui, malheureusement, prend la décision momentanée d’arrêter volontairement leur activité à perte !

Le gouvernement fédéral a pris un certain nombre de mesures…. Nous nous tournons à présent vers les régions ! Il nous faut des aides pour payer nos factures. L’urgence, c’est maintenant et pas demain !