Retour Trouvez une réponse parmi nos questions fréquentes

Avec votre travailleur, vous pouvez convenir d'augmenter ou de diminuer le temps de travail convenu dans le contrat. Certaines formalités sont toutefois à respecter.


La durée du travail et l’horaire constituent des éléments essentiels du contrat. Ils ne peuvent être modifiés unilatéralement sans risquer d’entraîner la rupture du contrat.


Afin d’éviter une telle situation, qu’il s’agisse d’une augmentation ou d’une diminution des prestations de travail, ayez soin de prendre certaines précautions.

Augmentation du temps de travail

Une augmentation du temps de travail peut être envisagée de commun accord sans qu’un nouveau contrat de travail ne doive être conclu. Vous et votre travailleur n’aurez qu’à signer un avenant au contrat initial par lequel vous vous entendez sur le nouvel horaire. Mais attention : l’augmentation du temps de travail ne peut se faire que dans le respect de la limite hebdomadaire de la durée du travail.


Votre travailleur refuse ? Vous n’aurez d’autre choix que de procéder à un licenciement.

Diminution du temps de travail

Deux cas de figure peuvent se présenter :

  1. Votre travailleur demande lui-même la réduction de ses prestations

    Dans ce cas, pensez bien à demander un écrit à votre travailleur, afin de pouvoir marquer votre accord ou votre désaccord. Ensuite vous n’aurez plus qu’à préparer un avenant au contrat qui attestera l’accord conclu. Il sera signé par vous et par votre travailleur. 
     
  2. Pour diverses raisons, vous souhaitez diminuer le temps de travail de votre travailleur.
     
    Dans une telle situation, l’accord de votre travailleur sera difficile à obtenir car les conséquences en matière de maintien des droits aux allocations de chômage ne sont pas sans importance. 

    Que faire ? Vous devrez dès lors procéder à un licenciement de votre travailleur et le cas échéant le réengager sous un régime différent.