Retour Trouvez une réponse parmi nos questions fréquentes

Diverses activités sont similaires aux activités économiques interdites ou limitées par le gouvernement mais ne sont pas nommément citées.

Des employeurs décident par ailleurs spontanément d’arrêter certaines activités par crainte de ne pas assurer un service de qualité, de ne pas avoir assez de personnel ou de clients.

En outre, certains secteurs, via leur fédération professionnelle, adoptent des mesures spécifiques.

Quelles sont les possibilités de chômage qui s’offrent aux employeurs de ces secteurs ou actifs au sein de ces activités ?

La communication actuelle du gouvernement précise de façon limitative quelles sont les activités interdites.

Si vous êtes dans l’obligation de fermer tout ou partie de votre activité, une communication vers votre personnel s’impose et une démarche pourra être introduite auprès de l’ONEM si une suspension pour force majeure s’impose.

De même, si, faute de ressources, vous décidez volontairement d’arrêter vos activités et que vous souhaitez une indemnisation de vos travailleurs par l’ONEM, vous devez introduire une demande motivée auprès de l’ONEM au motif du cas de force majeure. Notez cependant que, dans tous les cas, la reconnaissance du caractère de force majeure de votre situation n’est pas automatique.